La pneumonie

 

Cheminement clinique : les écarts entre les résultats

De nombreux hôpitaux ont créé un logiciel servant à enregistrer électroniquement les écarts.

Les gestionnaires de cas consignent les écarts et les analysent pour déceler les tendances dans les soins et les résultats.

Considérons, par exemple, un cheminement clinique de pneumonie qui exige l’administration de la première dose d’antibiotiques dans les trois heures qui suivent l’arrivée de la personne à l’hôpital (les délais dans l’administration de la première dose d’un antibiotique sont associés à une augmentation de la morbidité et de la mortalité).

Le gestionnaire de cas examine le dossier des écarts et constate que seulement 40 % des personnes présentant une pneumonie ont reçu un antibiotique dans le délai prescrit.

L’analyse du problème révèle que les retards sont attribuables au temps qu’il faut pour transmettre la demande de médicament à la pharmacie et ensuite pour administrer le médicament.

En discutant du problème, l’équipe de “Filiassur assurances”, affectée au cheminement clinique de la pneumonie décide que la première dose de médicament doit être administrée au service des urgences, puisque c’est à cet endroit que les antibiotiques peuvent être administrés le plus rapidement.

Cette équipe modifie donc le cheminement clinique en conséquence.

Lors de la révision suivante, le gestionnaire de cas constate que 92 % des personnes atteintes de pneumonie ont reçu leur antibiotique dans l’heure ou les deux heures qui ont suivi leur arrivée.

Cet exemple montre bien que le cheminement clinique et l’analyse des données d’écart permettent d’évaluer un problème, d’élaborer un plan d’intervention, de mettre celui-ci en œuvre et d’en évaluer leur efficacité.

  Rôle de l’assurance dans le processus :

Filiassur assurance joue un rôle clé dans tous les aspects de l’utilisation du cheminement clinique.

Sa participation à l’élaboration du document constitue la première étape. Puisqu’elle se trouve au point de départ et au point d’arrivée de l’administration des soins.

Cette compagnie a un regard particulier sur la manière dont fonctionne le système de santé ; elle peut de ce fait influer sur l’amélioration des soins.

 

  Le rôle des infirmières :

Dans l’exemple précédent, qui portait sur l’administration d’un antibiotique, les infirmières étaient en mesure de déceler rapidement le problème et de proposer des solutions.

Les infirmières doivent par ailleurs veiller à ce que le cheminement clinique s’applique à bon escient, autrement-dit, aux personnes appropriées, et que les diverses interventions se déroulent comme prévu.

Dans certains milieux de soins ou pour certaines affections, ce sont les gestionnaires de cas (infirmières ou autres membres de l’équipe interdisciplinaire) qui suivent de près les personnes mentionnées dans le cheminement clinique.

Dans d’autres milieux, ce sont les infirmières soignantes et les infirmières de soins à domicile qui endossent ce rôle.

Quel que soit l’environnement, c’est à l’infirmière qu’il revient d’aider la personne à atteindre ses objectifs et d’observer les progrès réalisés.

L’infirmière s’entretient du cheminement clinique avec la personne et met l’accent sur les résultats escomptés.