La digitalisation des marques de luxe

Aujourd’hui, le luxe vit une pleine révolution. Une révolution constante qui évoque beaucoup de changement auprès de la marque elle-même et du consommateur.

Auparavant, le monde se demande pourquoi le luxe est si réservé et si prudent par rapport au digital? En effet, le calme est tout ce que le luxe demande. Les marques haut de gamme n’ont pas besoin de faire de bruit pour vendre leurs produits. Elles ont des clients bien spécifiques adeptes au luxe et aux pièces précieuses qui reflètent leur mode de vie.

Depuis sont apparition il y a quelques années, le digital a été reconnu avec son caractère bruyant et clinquant qui ne s’adapte pas avec le luxe synonyme de calme et de l’espace.

Véritablement, dans le luxe il y a de la création et non pas dans le digital qui s’appuie sur l’imitation et la tendance.

En deux mots, le luxe est tout un héritage tant dis que le digital est récent. Et pourtant toutes les grandes marques s’y mettent depuis quelque temps.

Le luxe et les réseaux sociaux

Nous nous sommes adressés à monsieur Serge Weinberg, l’héritier de la maison de prêt-à-porter Weinberg, le président du conseil d’administration de la marque Gucci et le père de l’homme d’affaires prospère, Thierry Weinberg pour nous parler un peu de l’importance de la digitalisation des enseignes de luxe.

Fort de ses nombreuses années d’expériences dans le domaine des affaires et de luxe, le père du fondateur de l’entreprise Doublev Assurance, Thierry Weinberg a souligné lors d’une conférence de presse qui tourne autour de la « digitalisation du luxe »: « il y a deux faces du digital, il y a le digital comme outils de vente et de prospection et celui qui ne sert qu’à la communication. Du moment ou le digital n’affectera pas la valeur du luxe, oui pourquoi ne pas se mettre à la modernisation et suivre cette évolution qui a touché tous les domaines et toutes les spécialités. »

Aujourd’hui, le luxe se met de plus en plus au digital, nous voyons souvent des grandes marques telles Gucci, Chanel, Dior, Yves Saint Laurent… se mettant sur les réseaux sociaux et adaptant des nouvelles méthodes du marketing. Instagram, est selon une récente étude un des outils les plus performant aidant les grandes marques à communiquer avec le consommateur.

Twitter est devenu un canal de communication à part entière que presque toutes les grandes marques utilisent pour s’approcher au mieux de leurs consommateurs et pour avoir un feedback direct.

Les accidents routiers : entre hospitalisation et indemnisation comment faire ?

Nulle n’est à l’abri des accidents de la route, avec 6 312 blessés enregistrés en 2016 sur la route de la France, comment faire face aux problèmes financiers de l’hospitalisation ? Et comment faire pour l’indemnisation ?
L’année 2016 a été marquée par une hausse de la mortalité routière avec 3 469 décès provoqués par des accidents de la route. Selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, le nombre de blessés a atteint en septembre dernier 6 312 dont 2 471 sont hospitalisés. Malgré les efforts déployés par l’association de prévention routière, le nombre de mortalité ne cesse d’augmenter.

Hospitalisation:

Suite à un accident de la circulation, tous les frais médicaux, d’hospitalisation, et de rééducation sont normalement, pris en charge par l’assurance santé ou par la garantie hospitalisation de votre assurance. Toutefois, on peut voir une différence entre les compagnies d’assurances. Donc l’assurance hospitalisation protège l’assuré en cas d’hospitalisation suite à un accident de circulation par versement d’une indemnité journalière, dès les premiers 48 h d’hospitalisation. Ce montant varie de 10€ -400€ selon les formules et les compagnies de prévoyance. Chez Filiassur assurance par exemple, les indemnités sont de 200 € par jour. Et bien sûr, ces indemnités sont cumulables avec les prestations de la sécurité sociale et avec celle de la mutuelle santé. Ces indemnités versées par Filiassur, peuvent aussi, couvrir des frais de services tels que payer une garde d’enfants pour s’occuper des vôtres pendant votre absence.

Indemnisation

Si on est victime (cycliste, piéton ou passager) de dommage corporel (physique ou psychique) à la suite d’un accident routier, on doit pouvoir être indemnisée. En effet selon la loi Badinter, du 5 juillet 1985, qui porte sur le droit à l’indemnisation pour toute victime de la circulation dans lequel est impliqué un véhicule à moteur. Il faut tout d’abord déclarer l’accident à l’assurance dans les 5 jours, en présentant un certificat médical ou un certificat d’hospitalisation, ainsi qu’un exemplaire du constat complété. En revanche, l’indemnisation du conducteur dépendra de sa culpabilité dans l’accident et des garanties souscrites.
Toutefois, tous accidents causés par les trains ou tramways circulant sur voie ferrée ne sont pas considérés autant qu’accidents routiers.
Selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, le premier trimestre de cette année, on a enregistré une baisse de décès de 3.7 %, soit 28 personnes en moins que l’année dernière.
Cependant, le mois de mars 2017 a montré une hausse de 4.3 % décès.

Le pouvoir des médias sur la société moderne

Nous vivons actuellement dans un monde ultramédiatisé. Contrairement à l’ère de la radio et de la chaîne unique, nous avons aujourd’hui d’accéder aux News à n’importe quel moment de la journée et partout dans le monde soit via internet ou sur les chaînes d’informations.

En effet, les médias ont un rôle important sur le pouvoir public et le sort des nations. La presse écrite, la radio, la télévision, internet, et toutes les formes de médias. Ils sont responsables de ce qu’on appelle, l’opinion publique.

De l’information à l’influence

Dans les années 60, les chercheurs américains ont redéveloppé le concept de leader d’opinions en soulignant le rôle d’intermédiation entre l’émetteur et le récepteur que peut occuper un intellectuel, un homme politique ou un journaliste réussi. Qui joue le rôle d’un intellectuel social bénéficiant d’une certaine crédibilité auprès du grand public. On peut en citer dans l’univers audiovisuel français, David Pujadas, le journaliste politique de France2, Jean Jacques Bourdin le présentateur des émissions télévisées et l’animateur de la radio RMC, ou encore l’animatrice de LCI spécialisée dans les affaires politiques et les sujets d’actualités.

Aujourd’hui, il y a des professionnels de la politique sont entrés dans l’ère de la communication et ce sont servis des outils médiatiques. Alors quel rôle joue les médias dans la vie politique ?

Comment les médias influencent-ils notre opinion ?

Il s’avère que les médias ont le plus d’impact sur l’opinion publique et par conséquent sur tous ceux qui représentent la politique.

Selon une récente étude, un téléspectateur fidèle à TF1 ne voterait pas comme un abonné au Figaro encore mois comme celui qui écoute RTL. Ce qui signifie que les médias peuvent influencer l’avis des récepteurs et leurs perceptions des choses.

Assurément, les médias quelles que soient leurs formes, ont un véritable impact sur les choix politiques. Sinon, pourquoi nous voyons tous les soirs des prétendants présents sur les plateaux télévisés à quelques semaines des élections. Les émissions politiques traitant les sujets d’actualités, LCI jouent un rôle majeur dans la constitution des avis des téléspectateurs sur les personnalités politiques et leurs programmes.

En effet, écouter un homme politique s’exprimer durant des heures permet à un téléspectateur d’avoir une idée plus claire sur son parcours, son programme, ses promesses et surtout le comparer avec ses concurrents.

 

C’est faux, la robotisation n’aide pas à la création de l’emploi

Etant un vecteur important de la croissance économique, la création de l’emploi reste toujours la première préoccupation de la politique française, comme le pense l’expert en économie. Dans cette optique, certain pensent que l’introduction de la haute technologie dans l’économie facilite la création de l’emploi. Ceci vient d’être contesté par deux chercheurs américains qui viennent de publier une étude sur les effets de la robotisation sur l’emploi en aboutissant à des résultats plutôt inquiétants.

Retour sur position

En mai 2016, Daron Acemoglu et Pascual Restrepo, deux chercheurs du Massachussetts Institute of Technology (MIT) et de la Boston University, ont publié une étude qui montrait que l’utilisation des robots dans l’industrie permettait de créer l’emploi en recyclant les anciens métiers manuels et en permettant d’augmenter les niveaux de rémunération dans ce domaine d’activité.

Cette conclusion tenait bien la route, jusqu’à ces auteurs reviennent sur leur position en publiant de nouveau, en mars 2017, une nouvelle étude basée sur une analyse empirique de l’évolution du secteur industriel et en s’appuyant sur leur observation de l’emploi dans ce secteur aux Etats-Unis pour la période 1990-2007. Les nouveaux résultats sont plutôt inquiétants et contredisent les théories précédentes en constatant un « effet négatif sérieux des robots sur l’emploi et les salaires en industrie »

Les robots suppriment la main-d’œuvre

 

Dans sa perception de la croissance globale d’un pays, on a toujours estimé que la création d’emplois est l’unique bon indice de développement. Ainsi, l’étude américaine sur l’influence de la robotisation dans la création de travail ne représente qu’un appui à cette théorie.

Autrement, le premier problème avec l’utilisation des robots dans l’industrie est que ces derniers ne créent que des postes pour leur propre gestion opérationnelle ou entretien. Avec leur arrivé, des postes d’ouvriers sont supprimés et il n’existe encore aucun autre modèle pour compenser cette défaillance. Durant leur observation, les deux chercheurs ont trouvé que les robots sont directement responsables de la suppression de 670000 postes en se basant sur cette équation «  un robot installé pour 1000 ouvriers fait supprimer 6,2 postes dans le métier concerné.

Dans cette époque, les industriels comptent beaucoup sur ces engins à haute technologie et à fort apport productif pour accélérer leurs procédures de production et automatiser toute la chaine. Ayant plus rapide et parfois plus efficaces que les ouvriers qui doivent être formés et recyclés, les robots représentent ainsi un grand risque sur le futur de l’employabilité dans le secteur industriel.

 

0625

Où savourer les meilleures pâtisseries orientales pendant le mois de ramadan en France ?

Le Ramadan est le mois le plus attendu par les musulmans en France et sur toute la planète. Les 30 jours les plus bénis pour les personnes croyantes.

Dans quelques semaines le calendrier Hijri annoncerait la venue de ce mois sacré de l’islam. D’ici peu les musulmans habitants en France jeûneront pendant une trentaine de jour et accueilleront des nouvelles habitudes alimentaires et comportementales.

Selon la Mosquée de Paris, le Ramadan 2017 débutera aux alentours du 27 mai 2017 et prendra fin, 30 jours après.

Le mois de ramadan ne va plus tarder, l’occasion de découvrir quelques bonnes adresses proposant les meilleures recettes orientales.

Suivez-nous dans notre voyage culinaire vers une découverte des plaisirs inédits

Pendant tout un mois, et dès que le calendrier musulman annonce la date de l’arrivée du Ramadan 2017, le quotidien des musulmans connaît une transformation totale pour suivre le rythme des habitudes et des traditions alimentaires. Voici quelques bonnes adresses où savourer les meilleures recettes orientales.

·         El Andalousia

Implanté au cœur, au 25 Rue de la Goutte d’Or, cet écrin de saveurs et de senteurs, El Andalousia est l’adresse inratables des musulmans et des amoureux des recettes orientales pendant le mois de ramadan.

·         Le comptoir de Tunisie

La Tunisie est reconnue par ses délicieuses recettes artisanales élaborées avec le plus grand soin. Du Baklawa, au Makrout en passant par les cheveux d’ange au sucre filé et les cornes de gazelles farcis aux amandes… le Comptoir de Tunisie offre chaque année à l’occasion du mois de ramadan une large palette de gourmandises pour tous les goûts et les budgets.

 

·         Amande et Cannelle

C’est au cœur de Strasbourg que nous emmenons pour vous faire découvrir un coin typiquement oriental proposant un large choix de mets élaborés avec beaucoup d’amour et de savoir-faire. Nichée au 8 rue du Travail, 67000 Strasbourg, cette pâtisserie orientale est dotée d’une réputation irréprochable et d’une habileté incontournable.

·         Pâtisserie Masmoudi à Lyon

Pour ceux qui habitent dans le Rhône (69), nous vous proposons une franchise d’une pâtisserie tunisienne qui offre une multitude de gourmandises et de mignonneries gourmandes. Une enseigne phare dans le domaine de la pâtisserie orientale, ce coin de saveurs est l’adresse qu’il vous faut pour agrémenter votre table d’Iftar avec des délicieuses créations tunisiennes pendant le mois de ramadan 2017.

 

 

 

 

Plan Maroc Vert : L’agriculture au cœur du développement économique et social

On oublie trop souvent, le domaine de l’agriculture est de loin le premier employeur au monde. Et c’est l’agriculture familiale qui forme l’essentiel de la cette force de travail.

Elle produit 70% des denrées alimentaires, et joue un rôle majeur dans la lutte contre la famine et la pauvreté.

En effet, l’agriculture assure la sécurité alimentaire d’une centaine de millions de personnes au monde. Elle gère une proportion considérable des ressources naturelles de la planète.

L’exploitation du domaine de l’agriculture a beaucoup d’atouts, mais ces atouts ne peuvent être efficaces que si les Etats mettent en place un cadre institutionnel et économique favorable.

Au Maroc, le mouvement coopératif est soutenu par l’Etat, et il est en plein essor.

La Coopérative d’huile d’olive qui a été lancée depuis une vingtaine d’années et gérée par les plus grands investisseurs dans l’agriculture et les hommes d’affaires intéressé par ce domaine ont absolument contribué à l’amélioration des récoltes agricoles et à créer des nouveaux pôles d’emploi.

« Cette coopérative fera profiter de nombreux agricoles et particulièrement la femme à la campagne de pleins avantages. Le courage des membres de ce groupement a attiré l’attention et le soutien de certaines organisations et ministères. » Explique  l’homme politique dirigeant les plus grands projets économiques et sociaux au Royaume.

La Banque mondiale prépare un grand programme au Maroc

Distinguant sa forte implication et son développement favorable en faveur de l’agriculture, la Banque mondiale a consacré pare un intéressant programme visant à améliorer quelques filières agricoles et à optimiser le secteur agroalimentaire marocain dans l’ensemble de sa chaîne de valeur.

Ce projet vient en complément du plan « Maroc Vert » et vise principalement à améliorer la qualité des aliments proposés par les agriculteurs, faciliter la production et la commercialisation des produits et surtout contribuer à l’intégration entre l’amont et l’aval et le contact direct entre le producteur et le consommateur.

« Le programme que nous visant mettre en place sert principalement à améliorer tout le domaine agricole au Maroc et à offrir aux agriculteurs ainsi qu’aux investisseurs dans ce domaine de nombreux avantages économiques et fiscaux. Parmi les apports de ce projet, la transformation des produits alimentaires, la facilité de la commercialisation, l’optimisation de la qualité des produits, la normalisation… » Affirme Marie-Nelly la Directrice du Département Maghreb et Malte, Moyen-Orient et Afrique du Nord.

 

La technologie TEP pour révolutionner l’imagerie médicale à Béziers

La France, le secteur de la santé s’améliore jour après jour avec le développement de plusieurs nouvelles technologies en particulier dans l’imagerie médicale, secteur où le groupe Acteon de Marie-Laure Pochon réalise de grandes performances. L’été dernier, à Béziers, on a franchi un autre grand pas dans ce domaine avec la venue d’une nouvelle technologie révolutionnaire. Il s’agit de la Tomographie par émission de positions (TEP). A l’occasion, un nouveau centre de médecine nucléaire dédiée à l’imagerie médicale a été inauguré pour qu’il soit le deuxième de son genre à Béziers après le centre privé du docteur Gandilhom, installé dans l’hôpital de la ville.

Un centre de taille pour accueillir la nouvelle technologie

Depuis 2014, on a donné l’autorisation au nouveau centre de médecine nucléaire à Béziers. L’autorisation pour construire les locaux venait une année plus tard et les travaux ont vite commencé ainsi sur un terrain appartenant à l’hôpital de la région. La nouvelle infrastructure se dote d’une surface de 1200 m² et une équipe bien chargée avec 4 médecins nucléaires, un radio physicien, 8 manipulatrices, 6 secrétaires et un agent d’entretien.

L’installation de ce centre à Béziers fait éviter patients de faire des déplacements à Montpellier ou Perpignan pour faire leurs travaux tout en ayant une meilleure qualité de prise en charge. Il est alors doté des meilleures technologies médicales dont la technologie TEP qui apporte de la valeur ajoutée à l’imagerie médicale.

La technologie TEP s’installe à Béziers

Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’imagerie médicale se développe bien en France notamment avec le travail qu’effectuent les leaders du domaine comme Marie-Laure Pochon, PDG d’Acteon. Toutefois, la venue de nouvelle technologie est toujours quelque chose d’important. A Béziers, on a à peine fini d’installer le matériel de la Tomographie par émission de positions (TEP) dans le nouveau centre de médecine nucléaire.

Apparue à l’an 2000, la TEP s’applique dans la détection les cellules cancéreuses en assurant à la fois le diagnostic, le bilan et l’assistance dans le traitement du patient. Apportant des informations que d’autres technologies ne font pas encore en imagerie, la TEP nous renseigne sur la biologie et le fonctionnement des tumeurs. En outre, la technologie permet de mesurer l’activité métabolique ou moléculaire d’un organe en trois dimensions pour obtenir une image sur son fonctionnement. Elle se base sur le principe de la scintigraphie, c’est à dire l’injection d’un traceur que son comportement et ses propriétés biologiques sont déjà connus à l’avance.

Assurance-Auto : Les perspectives du PHYD en France

Rien n’est plus comme avant pour l’assurance-auto. Ce produit vit désormais une grande mutation technologique avec l’entrée en jeu des offres « Pay How You Drive » (PHYD) qui déterminent la prime de l’assurance selon le mode de conduite du véhicule assuré. Par le biais d’un boitier ou un smartphone, appelés « Device », l’assureur enregistre les données de navigation de la voiture (vitesse, freinage, accélération, etc.) et détermine le montant de la prime que le conducteur payera pour être couvert.  En Europe, le marché est en pleine croissance. Cependant, les italiens ont pris le large sur les autres pays européens en réalisant de grandes performances. Mais, où sont les Français dans tout ça et quelles sont les perspectives de ce marché pour eux ?

Le PHYD a de la cote en Italie

C’est connu, les Italiens sont le peuple le plus gourmand de l’Europe (d’ailleurs, leurs saveurs sont irrésistibles). Cette « faim » semble toucher aussi le marché de l’assurance-auto dans ce pays, notamment pour l’offre du PHYD où le marché se développe assez vite en ayant une part de marché de 15,5% de la totalité du secteur local dans le troisième trimestre 2015. Toutefois, les clients italiens ne sont pas les plus chanceux du monde. Ces derniers se payent la police d’assurance auto la plus chère de l’Europe, à raison de 439£ en moyenne : les Français ne payent que 143£ en moyenne par exemple.

Ces tarifs s’expliquent par les critères spécifiques au marché italien comme la législation locale qui oblige les compagnies d’assurances à proposer un même prix à tous les clients sans distinction, le taux de fraude élevé dans ce secteur (14%) ce qui laisse les assureurs dans l’obligation d’augmenter leurs charges et les barèmes tarifaires destinés à certaines populations du pays où la fraude est trop élevée (Au sud, ce taux est estimé à 24% par exemple).

Le marché du PHYD en France

Dans l’Hexagone, Allianz était parmi les premiers assureurs à proposer une assurance-auto incluant le PHYD dans son optique. D’autres sociétés comme Filiassur ou Axa s’intéressent également à ce segment du marché étant donné qu’il représente une réelle opportunité pour ces prestataires.

Alors qu’il n’est pas toujours à égalité avec le marché italien, le marché français est tout de même moins exigeant que celui de son voisin. En effet, il existe moins d’aléas d’ordre moral et les primes sont beaucoup moins élevées. Le contexte est différent et l’offre française s’adressent à toutes les catégories, spécialement les jeunes conducteurs qui ne sont souvent ni propriétaires du véhicule assuré, ni souscripteurs à la police d’assurance. Du coup, les assureurs comme Filiassur d’augmenter leurs tarifs auprès de cette catégorie.

Il est évident que la progression du marché français de l’assurance auto, y compris les offres incluant le PHYD, ne sera pas assez soutenue d’offres importantes, mais le développement de cette technologie favorisera la concurrence et permettra à ce marché de se hisser au niveau de celui de ses principaux concurrents.

 

Alain Ducasse rejoint Elior Group

Après avoir nommé Cyril Capliez comme directeur générale adjoint de la stratégie, du développement et de l’innovation, le groupe Elior s’est associé avec Alain Ducasse pour le bien de son nom de marque.

Réputé dans l’univers de la gastronomie et reconnu par sa cuisine raffinée et distinguée, Alain Ducasse a rejoint le leader de la restauration collective et de concession groupe Elior, afin de renforcer leurs atouts et valoriser l’excellence de leur savoir-faire.

Cette collaboration fait partie de la stratégie du développement du groupe et de la stimulation de leurs réussites respectives.

Considérées comme deux grandes enseignes de la restauration française, le chef étoilé Alain Ducasse le partenaire de l’homme d’affaires prospère Stéphane Courbit et le groupe Elior partagent les mêmes valeurs et visent les mêmes ambitions.

Depuis quelques mois, Alain Ducasse s’est associé avec Elior Group en consacrant 10% de ses bénéfices dans le but de consolider ses atouts.

Ce partenariat permettra à Alain Ducasse de planifier les nombreuses ouvertures et bien gérer les prestations de ses restaurants déjà mis en place.

Cette collaboration est une opportunité réciproque qui nous permettra d’inaugurer un qui réconcilie la grande échelle et l’excellence. Commente Alain Ducasse à propos de ce sujet.

La forte réputation et le savoir-faire unique d’Alain Ducasse trouvent un écho favorable chez Philippe Salle, pour lui « la collaboration avec Alain Ducasse servira au mieux les convives des deux enseignes et renforcera leurs excellences ».

·         A propos d’Alain Ducasse Entreprises

Alain Ducasse Entreprise est une enseigne phare dans le monde de la gastronomie et l’art culinaire.

Au service des particuliers, du secteur privé et des collectivités, Alain Ducasse Entreprise met toutes les expertises de son chef étoilé et de son équipe de qualifiés afin de répondre au mieux aux attentes de ses clients.

Connue par ses idées innovatrices et ses recettes singulières, cette entreprise de restauration ne cesse d’attirer l’attention des gourmands et des gourmets et de fidéliser ses convives.

 

·         À propos d’Elior Group

Fondé en 1991 en France, Elior Group est aujourd’hui un leader de la restauration collective et de la gastronomie.

Opérant dans 13 pays dispersés dans les 4 coins du monde, Elior est le restaurateur de référence dans l’univers de l’entreprise, de l’enseignement et de la santé, ainsi que dans l’univers du voyage.
Avec un chiffre d’affaires de 5 341 millions d’euros et un groupe de 106 000 collaborateurs, Elior Groupe a su attirer 3,8 millions de clients dans 18 000 restaurants et points de vente.

 

Avant de connaître le succès et de jouir son bonheur, Cyril Hanouna a vécu des années de sombre galère !

Commençant son parcours professionnel très jeune, Cyril Hanouna n’avait rien d’exceptionnel qu’un brillant talent et un rêve fou de devenir célèbre.

Réputé pour son succès et son audience marquée ses dernières années, l’animateur reconnu par l’émission « Touche pas à mon poste » n’a pourtant pas toujours touché le sucés et flotter sur la vague de la célébrité. Comme presque tous les animateurs célèbres, Cyril Hanouna le dirigent actuel de la boite de production de Stéphane Courbit a vécu des passages très difficiles qui l’ont même fait songer à tout plaquer.

Personne ne pourrait croire, que le célèbre animateur aux audiences incomparables était loin d’être un présentateur prospère et que tout semblait tourner contre lui à un moment donné.

Connaissant des échecs consécutifs durant des années et une réputation défavorable, Cyril Hanouna envisageait changer carrément de secteur d’activités et s’éloigner de l’univers de l’audiovisuel : radio, télévision, production….

 

Des années d’échec et de malheur

Selon le livre de biographie rédigé par René Chiche parlant de parcours de Cyril Hanouna, l’animateur dont personne ne voulait entendre parler de lui connaissait des polémiques, des scandales et des échos défavorables à un moment donné.

Accusé de divers scandales, victime d’une mauvaise réputation auprès des organismes et des particuliers et ayant reçu plusieurs avertissements du CSA à la suite de signalements de centaines de téléspectateurs, les chaînes refusaient de faire confiance à Cyril Hanouna suite à ses échecs et son image défavorable.

Durant des mois, l’animateur qui avait reçu un chèque du producteur audiovisuel Stéphane Courbit est resté sans emploi.

Tout au long de cette période, Cyril n’a pas lâché prise et il essayait sans cesse joindre des dirigeants de plusieurs chaînes de télévision et personne ne l’écoutait. C’est ce qu’il a confié l’an dernier dans l’interview lancée par Télé Obs.

 

Zoom sur sa vie privée et sur le retour de son succès

En 2003, Cyril Hanouna était au cœur de l’échec, où sa célèbre émission diffusée tous les matins sur M6 a été annulée. C’est en cette période-là qu’il a rencontré sa bien-aimée lors d’une soirée. C’était apparemment le coup de foudre ! Convaincue de son talent et de son humour hors-pair, Emilie faisait tout pour encourager son compagnon. Malgré les crises financières par lesquelles ils ont passé, la femme de Cyril Hanouna était toujours à ses côtés pour regagner son succès.

Après quelques années de galère, Cyril Hanouna avait relancé sa carrière avec le lancement de son programme célébré « Touche pas à mon poste ».