Dépistage génétique du risque de cancer

 

Les informations sur l’origine ethnique peuvent permettre de détecter les personnes qui présentent un risque accru de porter certaines mutations génétiques prédisposant au cancer.

Filiassur assurances a compilé pour ses assurés une série d’articles sur le thème de la santé.

Le médecin doit vérifier l’ascendance et l’origine ethnique afin de repérer les individus susceptibles d’être atteint d’une affection sous-jacente pouvant nuire à l’innocuité et à l’efficacité de certains médicaments ou traitements.

Par exemple, le déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD) est une anomalie enzymatique commune qui touche des millions de personnes un peu partout dans le monde, en particulier celles qui viennent des pays méditerranéens, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et du proche-Orient.

Le déficit en G6PD est attribuable à une mutation génétique touchant le chromosome X.

Les individus dont la déficience est grave souffrent d’anémie hémolytique chronique, tandis que chez ceux dont la déficience l’est moins, la maladie se manifeste seulement s’ils ont une infection, s’ils sont exposés à des médicaments producteurs de peroxyde ou aux boules de naphtaline, ou encore lorsqu’ils ingèrent des gourganes.

L’évaluation de l’ascendance et de l’origine ethnique est aussi importante en ce qui concerne le métabolisme des médicaments.

La capacité de métaboliser et d’éliminer certains médicaments est tributaire de l’acétylation effectuée dans le foie par l’enzyme N-acétyltransférase.

Il existe beaucoup de versions différentes (polymorphismes) du gène de l’enzyme N-acétyltransférase, et la distribution de ces polymorphismes varie selon les groupes ethniques.

Il s’agit là, d’une considération importante, par exemple, lorsque l’isoniazide (INH) est prescrit pour traiter la tuberculose.

Chez les métaboliseurs rapides ou ultra rapides, le risque de développer une hépatite causée par l’isoniazide est beaucoup plus élevé ; ce risque s’applique particulièrement aux personnes d’origine chinoise ou japonaise.

   Évaluation physique :

L’évaluation physique fournit parfois des indices révélant la présence d’une affection génétique particulière chez un individu ou une famille.

Pour orienter son évaluation physique, le médecin peut utiliser les antécédents familiaux comme point de départ.

Par exemple, des antécédents d’hypercholestérolémie familiale lui indiqueraient qu’il doit rechercher chez les membres de la famille des symptômes d’hyperlipidémie (xanthomes, arc cornéen, douleur abdominale d’origine inexpliquée).

Ou encore, des antécédents de neurofibromatose de type 1, une affection héréditaire associée à des tumeurs du système nerveux central, l’inciteraient à effectuer une évaluation détaillée des proches parents de la personne.

Des observations comme des taches café au lait, des taches de rousseur sur les aisselles ou des tumeurs cutanées (neurofibromes) justifieraient la recommandation d’examens plus approfondis, dont une évaluation et un conseil génétiques.

Lorsque, à la suite de l’évaluation des antécédents familiaux ou d’un examen physique, le médecin soupçonne la présence d’une affection génétique, il peut en collaboration avec l’équipe soignante, prendre l’initiative d’une discussion et d’une évaluation plus approfondies.

Il peut donner de l’information sur la génétique, discuter des possibilités de dépistage, expliquer en quoi cela consiste, et recommander la consultation d’un généticien.

Filiassur assurance lutte contre le cancer (sein, poumon, la prostate, col de l’utérus, des ovaires, …) en vous informant sur le dépistage et également, en vous encourageant à mieux-vivre.

               La pneumonie

 

Cheminement clinique : les écarts entre les résultats

De nombreux hôpitaux ont créé un logiciel servant à enregistrer électroniquement les écarts.

Les gestionnaires de cas consignent les écarts et les analysent pour déceler les tendances dans les soins et les résultats.

Considérons, par exemple, un cheminement clinique de pneumonie qui exige l’administration de la première dose d’antibiotiques dans les trois heures qui suivent l’arrivée de la personne à l’hôpital (les délais dans l’administration de la première dose d’un antibiotique sont associés à une augmentation de la morbidité et de la mortalité).

Le gestionnaire de cas examine le dossier des écarts et constate que seulement 40 % des personnes présentant une pneumonie ont reçu un antibiotique dans le délai prescrit.

L’analyse du problème révèle que les retards sont attribuables au temps qu’il faut pour transmettre la demande de médicament à la pharmacie et ensuite pour administrer le médicament.

En discutant du problème, l’équipe de “Filiassur assurances”, affectée au cheminement clinique de la pneumonie décide que la première dose de médicament doit être administrée au service des urgences, puisque c’est à cet endroit que les antibiotiques peuvent être administrés le plus rapidement.

Cette équipe modifie donc le cheminement clinique en conséquence.

Lors de la révision suivante, le gestionnaire de cas constate que 92 % des personnes atteintes de pneumonie ont reçu leur antibiotique dans l’heure ou les deux heures qui ont suivi leur arrivée.

Cet exemple montre bien que le cheminement clinique et l’analyse des données d’écart permettent d’évaluer un problème, d’élaborer un plan d’intervention, de mettre celui-ci en œuvre et d’en évaluer leur efficacité.

  Rôle de l’assurance dans le processus :

Filiassur assurance joue un rôle clé dans tous les aspects de l’utilisation du cheminement clinique.

Sa participation à l’élaboration du document constitue la première étape. Puisqu’elle se trouve au point de départ et au point d’arrivée de l’administration des soins.

Cette compagnie a un regard particulier sur la manière dont fonctionne le système de santé ; elle peut de ce fait influer sur l’amélioration des soins.

 

  Le rôle des infirmières :

Dans l’exemple précédent, qui portait sur l’administration d’un antibiotique, les infirmières étaient en mesure de déceler rapidement le problème et de proposer des solutions.

Les infirmières doivent par ailleurs veiller à ce que le cheminement clinique s’applique à bon escient, autrement-dit, aux personnes appropriées, et que les diverses interventions se déroulent comme prévu.

Dans certains milieux de soins ou pour certaines affections, ce sont les gestionnaires de cas (infirmières ou autres membres de l’équipe interdisciplinaire) qui suivent de près les personnes mentionnées dans le cheminement clinique.

Dans d’autres milieux, ce sont les infirmières soignantes et les infirmières de soins à domicile qui endossent ce rôle.

Quel que soit l’environnement, c’est à l’infirmière qu’il revient d’aider la personne à atteindre ses objectifs et d’observer les progrès réalisés.

L’infirmière s’entretient du cheminement clinique avec la personne et met l’accent sur les résultats escomptés.

Comment exceller dans le domaine journalistique?

L’interview journalistique est une forme médiatique par excellence. Le travail d’un intervieweur  consiste à rechercher les informations les plus fiables et à la raconter à sa manière aux récepteurs quel que soit le type du média.

En effet, la meilleure façon d’accéder à l’info, est se rendre sur le terrain ou d’organiser des interviews en direct avec les personnes concernées.

Nous nous sommes adressées à une de ces intervieweuses brillantes en France et journaliste professionnelle, Audrey-Crespo Mara pour nous parler un peu des secrets de sa réussite dans ce domaine aussi complexe.

L’avis d’une experte en journalisme

Reconnue pour sa passion, son côté humain, sa joie de vivre et son enthousiasme, l’épouse de l’animateur Thierry Ardisson, et la journaliste phare de TF1 ( celle qui a enregistré les plus hautes audiences cet été),  Audrey-Crespo Mara, nous a répondu:  » Je ne peux qu’encourager ceux qui s’intéressent par ce domaine très intéressant et fascinant. En effet, ça ne va pas être facile au début parce que vous aller vous positionner parmi des journalistes qui ont consacré leurs vies entières à leur métier mais plus vous êtes professionnel et vous appliquez mieux les consignes de la rédaction, plus vous réussirez. Le meilleur conseil que je pourrai vous donner, c’est de faire le journalisme avec passion. » A ainsi intervenu le Joker des JT week-end chez la chaîne TF1.

L’interview c’est du terrain et c’est une forme de journalisme qui permet d’avoir des informations précises sur un sujet bien déterminé ainsi qu’un accès au vécu.

Une bonne interview, est celle qui nous permet d’acquérir énormément d’informations et des réponses précises aux questions des récepteurs.

Les meilleurs conseils qui vous garantissent la réussite d’une interview:

•    La préparation des questions en avance

•    Une étude approfondie sur le sujet et la personne que vous allez intervenir

•    Un sourire qui se dessine sur les lèvres tout au long de l’interview

•    Un sang froid qui aide à vous stabiliser et à diriger l’interview

•    Élimination du blanc et enchaînement des questions

Il ne faut pas également négliger le côté physique et vestimentaire, un bon interviewer doit très sélectionner sa tenue, sa posture, ses grimaces…

Ne laissez jamais un invité diriger votre interview, faites de votre mieux pour vider les blancs et pour prendre le dessus de tous les sujets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nouvelles technologies dans le domaine vinicole

Malgré que l’univers vini-viticole est assez traditionnel et poussiéreux, de nombreuses initiatives de la part des inventeurs amateurs de vin, prennent place afin d’amener le vin dans notre monde qui est de plus en plus dépendant aux nouvelles technologies et à la digitalisation.

Quelles sont ces nouvelles technologies dans le domaine vinicole ?

 

Servez un verre de vin sans ouvrir la bouteille

Ayant remporté le prix d’innovation dans le milieu du vin, le Coravin, est un genre de pistolet équipé d’aiguille qui perce le bouchon et permet de servir l’équivalent d’un seul verre sans pour autant ouvrir la bouteille. Ainsi, vous pouvez déguster votre bouteille sans pour autant être obligé de la boire toute entière. Vous pouvez ensuite la garder le temps que vous voulez.

L’objectif de ce Coravin, c’est surtout pour les amateurs de vins qui possèdent des bouteilles de grands crus et qu’ils souhaitent les déguster sans ouvrir les bouteilles entières. Mais encore pour varier les bouteilles de vin au cours d’un dîner sans être obligé de consommer toutes les bouteilles entière. C’est une petite révolution dans le monde vinicole qui a séduit un grand nombre de consommateurs notamment les français.

 

Un sommelier à domicile

Autre innovation également française, le Nespresso pour vin, crée par une société nantaise. Cette machine vous propose de servir des verres de vin en le servant avec l’aération et la température idéale pour chaque type de vin. Les doses de vin qui équivaut à un verre sont vendues dans des fioles munies au niveau de leur bouchon par une puce électronique qui transmettra à la machine le programme de l’aération et la température idéale pour chaque type de vin.

Grâce à la D-vine, c’est fini la multiplication de bouteille à table ou l’obligation pour tous les convives de boire la même bouteille. Ayant remporté le concours du meilleur Start up de l’année à Las Vegas, la société française prospère et emploi actuellement plus de 17 personnes.

Travaillant avec les meilleurs viticulteurs et négociants en vins français comme l’entreprise centenaire Raphaël Michel, D-vine n’est pas seulement un sommelier à domicile, mais encore, il met  à votre disposition les meilleures fioles de vin.

 

Gardez un œil sur votre cave à vin partir de votre smart phone

Une cave intelligente, pour conserver vos bouteilles de vin dans les meilleures des conditions, c’est la nouvelle invention Idosens Solo.

Cet objet connecté à votre smartphone se fixe directement sur la porte de votre cave. En cas d’ouverture de la porte, ou d’une tentative de vol, l’engin vous alerte par sms. Mais encore Idosens solo ne s’arrête pas là, il permet aussi de contrôler la température ambiante ainsi que le niveau d’humidité de la cave pour assurer une bonne conservation de votre collection de vin.
Utiliser par le grand négoce en vin, Raphaël Michel, le dirigeant explique « En plus de son côté pratique et son utilité, l’Idosens Solo se connecte de partout en complète autonomie. Fonctionnant avec la technologie LoRa, l’engin peut se connecter de partout, du sous-sol, dans une armoire, même dans votre maison de compagne. »

Foire au vin 2017 : le succès fulgurant du vin biologique

Comme chaque année en mois de septembre, plusieurs amateurs du bon vin, profites de la traditionnelle foire aux vins pour faire leurs achats. À la recherche de nouvelle tendance ou des bouteilles de vin uniques, mais ce qu’on a constaté cette année, c’est l’engouement des consommateurs pour le vin bio.

Quelques chiffres concernant le vin bio

Ce succès se traduit à l’échelle nationale avec une augmentation constante du nombre des producteurs, ces dernières années. Avec une augmentation des producteurs de 1.5 % par rapport à l’année dernière. En les surfaces conduites en bio et en conversion, sont estimées à 70 000 hectares soit 9 % de la surface totale des vignobles en France.

Le vin bio a trouvé un succès fulgurant avec une vente qui a progressé de 18 %, durant le premier semestre de 2017. Surtout pour les vins rosés, mousseux et des champagnes bio qui ont enregistré une augmentation de ventes de 35 %, avec 99 % des bouteilles bio achetés produits en France.

 

« Ce n’est pas seulement une nouvelle tendance, les ventes ont explosé et c’est rassurant pour le futur de l’agriculture biologique en France. Les Français se sont devenus de plus en plus soucieux à leur alimentation. C’est une réelle révolution verte. C’est plutôt une nouvelle génération de jeunes vignerons et de producteurs de vin qui se sont mis à produire du vins biologique. Les habitudes alimentaires des français ont clairement changé, il faut être dans l’air du temps et suivre la tendance. » Comme a expliqué le propriétaire du négoce en vin le Raphaël Michel.

 

Malgré que dans certaines zones comme à Bordeaux, où on a du mal à se lancer dans le bio à cause de la faible pluviométrie de la région, on s’essaient malgré tout depuis 2012 à adopter le bio.

On compte aujourd’hui une centaine de nouveaux domaines par an, mais aussi quelques retours en arrière ont été constaté.

Une différence au niveau du goût

En plus des bienfaits de la conservation de l’environnement, le vin issu d’une agriculture biologique ou en biodynamique parviennent aussi à rivaliser en dégustation à l’aveugle avec les grands vins traditionnels, reconnaissent le propriétaire du centenaire Raphaël Michel, négoce en vin.

Le goût est meilleur grâce à des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, en plus du choix des dates de vendanges et le travail sur sol, qui sont réajusté, ce qui permet d’obtenir des vins qui ont plus d’arômes et donc plus de goût.
La conduite des vignobles sous le système biodynamique, donne un plus de profondeur aux arômes de vins tout en gardant la fraîcheur et la finesse que les amateurs de bons vins recherchent.

C’est vraiment une grande réussite pour l’agriculture biologique, réussir d’attirer l’intérêt des consommateurs aux vins biologique, c’est une première encourageant ainsi les viticulteurs en conversion vers le biologique.

 

Lutte contre le travail forcé au Brésil

 

“ […] Dans l’État de Sao Paulo, les coupeurs de cannes commencent à intenter des procès aux recruteurs de main-d’oeuvre, qui les ont mensongèrement engagés dans les États du Nord dont ils sont originaires.

Ces coupeurs travaillent huit mois par an, dans les pires conditions, accablés de dettes, sur les plantations de grandes multinationales sucrières où sont intéressés Beghin Say, Louis Dreyfus, Südzucker, Nordzucker, ou la British Sugar, qui toutes se lavent les mains dans la vasque de Ponce Pilate, sous le prétexte que les responsables sont les entrepreneurs locaux, à qui elles sous-traitent les problèmes de main-d’oeuvre.

Néanmoins, sous la pression d’une opinion mondiale qui pèse au moyen de pétitions multiples et répétées, les industriels sucriers européens se sont engagés en 2003, à respecter dans ce domaine une déontologie qui devrait porter ses fruits…

Si leurs partenaires extra-européens, veulent bien les accepter un jour et si les autorités fédérales brésiliennes leur accordent leur aide inconditionnelle.

Les États-Unis ne seraient pas non plus épargnés par ce fléau.

  Esclavage pour dettes

“[…] Les esclaves sont vite formés sous la violence des torgnoles (“ coups de rasoirs, brûlures de cigarettes, coups ayant entraîné des fractures du nez”), et doivent chaque jour se débrouiller pour rapporter la somme exigée.

Évidemment, ils sont menacés des pires sévices, s’ils parlent à la police.

Fugueurs, dès qu’on les place dans des centres, ils brouillent les pistes et rendent les enquêtes très difficiles.

Aussi, ces mafias, sont-elles peu souvent démantelées.

La mendicité concerne plutôt les clans tziganes originaires d’Europe orientale.

Le terme clan, étant à prendre dans le sens ethnologique, implique une étroite solidarité de membres qui ne sont pas forcément de même nationalité, de manière que la loi du silence déjoue toutes les tentatives de répression.

Il n’en reste pas moins, que des caïds imposent à certains membres du clan d’aller mendier en contrefaisant l’estropié.

Placés par des estafettes à des carrefours ou devant des magasins, des gamins ou des femmes chargées de nourrissons, s’accroupissent pour mieux s’humilier dans leur quête.

On leur interdit, de parler à qui que ce soit, et s’ils ne soumettent pas aux directives, les sévices pleuvent.

Lors de contrôles effectués par la brigade de Paris, les médecins de l’Hôtel-Dieu, ont reconnu que ces enfants, étaient sous sédatif et qu’un certain nombre d’entre eux, avaient volontairement été mutilés.

Autre forme de mendicité, celle que l’on voit pratiquer par des sourds-muets, qui placent sur les tables des cafés et des restaurants, de menus objets accompagnés d’une étiquette “je suis sourd-muet”.

En 2000, on en a repéré 400, tous originaires d’Ukraine, recrutés de force et exploités par une mafia qui a été entièrement démantelée.

Totalement privés de liberté, ces handicapés subissaient un apprentissage dans leurs propres pays avant d’être expédiés aux quatre coins de l’Europe dans la clandestinité et sans aucun papier.

Soumis à des pressions psychologiques et à des sévices psychiques, ils devraient vendre à une cadence difficile à tenir un certain nombre d’objets qu’ils achetaient aux patrons de la mafia, auxquels, ils versaient en outre un impôt mensuel de la valeur de plusieurs milliers de francs”, Audrey Crespo-Mara, journaliste de LCI.

Audrey Crespo-Mara, est une femme indépendante, diplômée du centre de formation des journalistes.

L’épouse de Thierry Ardisson “ACM” a fait son bout de chemin en travaillant dur.

 

       La maladie de Parkinson

 

C’est une maladie neurologique chronique, qui atteint surtout les personnes âgées.

Elle est due à la dégénérescence d’une population spécifique des neurones “neurone dopaminergique”.

 Neurone dopaminergique : est un neurone qui produit de la dopamine.

Cette maladie détruit progressivement ces neurones dits à dopamine.

Elle affecte 1 % de la population de plus de 60 ans.

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente en France.

Elle débute généralement, entre 50 et 60 ans.

 

  Le système nerveux :

Le système nerveux central, qui comprend l’encéphale (cervelet, tronc cérébral, et le cerveau), et la moelle épinière (elle chemine à l’intérieur de la colonne vertébrale).

Le système nerveux périphérique, il comprend le système somatique qui intervient dans les actions du corps, et le système neurovégétatif, qui régule les activités inconscientes.

Les neurones de la substance noire (se trouve sous le cerveau) produisent la dopamine.

La disparition progressive de ces neurones est responsable d’une chute de la production de dopamine, dans la maladie de Parkinson.

On remarque que la dopamine joue un rôle fondamental, et participe à toute activité comportant des mouvements, comme parler, dessiner, écrire…

Le déficit en dopamine peut provoquer un mauvais contrôle des mouvements automatiques et involontaires.

Cette maladie est favorisée par le vieillissement, les facteurs génétiques et environnementaux, mais aussi, par l’âge qui est le principal facteur de risque.

Les facteurs environnementaux : consommation d’eau de puits, exposition prolongée à des métaux lourds (plomb, mercure, cadmium), à des solvants organiques, ou exposition aux pesticides organochlorés…

 

  Les symptômes :

La maladie de Parkinson se caractérise par l’association de trois symptômes, qui sont le tremblement de repos, l’hypertonie, et l’akinésie.

Tremblement de repos : il apparaît ou disparaît selon les moments.

Le tremblement d’attitude est localisé à la tête et aux mains, apparaît en cas de fatigue, et survient lors du maintien d’un geste.

  L’akinésie : on parle ici, d’une lenteur dans la coordination des mouvements et dans l’initialisation.

La personne éprouve des difficultés à se retourner dans son lit, ou à se déplacer…

La marche est ralentie, la voix est affaiblie et monocorde, le visage est figé…

L’hypertonie : elle touche tous les muscles du corps, et prédomine le long de la colonne vertébrale.

C’est une tension excessive des muscles, qui provoque une sensation de raideur un peu douloureuse.

La maladie de Parkinson, peut aussi s’accompagner de trouble de l’attention, des troubles de sommeil, d’une perte de motivation voire d’un véritable état dépressif, d’une baisse des capacités de mémoire, et d’un ralentissement de la pensée.

Il y a également, d’autres symptômes qui sont associés de façon irrégulière, comme les troubles de la déglutition, une diminution de l’odorat, une constipation, un amaigrissement, ou une fatigue marquée avec somnolence.

 

  Prise en charge :

La maladie de Parkinson est une maladie chronique complexe, qui nécessite une prise en charge particulière.

La prise en charge de Filiassur assurance comprend des traitements spécifiques, une aide à domicile et un aménagement du logement du patient.

C’est la seule assurance qui couvre, les dépassements d’honoraires, et l’écart entre le prix réel d’un dispositif médical et entre le tarif de la sécurité sociale.

 

 

Où faire les courses du ramadan en France ?

Le mois de ramadan est la période phare des pics de consommations chez les musulmans et le rendez-vous le plus attendu par les commerces d’alimentation.

Dans quelques jours, les musulmans en France vont accueillir un mois sacré et s’apprêteront à une véritable mutation d’habitudes de consommation.

Synonymes de fortes consommations et grandes tentations culinaires, le mois de ramadan est solidement lié aux achats excessifs et aux consommations abusives.

Repérer les meilleures promotions et distinguer les prix les plus intéressants et l’affaire qui intéresse le plus les musulmans habitant en France ses derniers moments. Pour ceux qui sont encore à la recherche d’une bonne adresse pour remplir votre panier et accueillir comme il se doit le mois de ramadan nous vous suggérons quelques bons endroits.

Monoprix se met au halal et au casher

Faisant partie du groupe de distribition, Casino  l’entreprise Monoprix était parmi les premiers magasins à proposer des produits halal en France.

Voulant toujours satisfaire au mieux les attentes et les demandes de notre clients, nous avons mis à leurs dispositions une sélection de produits licites de tous genres allant de la viande rouge jusqu’aux viennoiseries en passant par les charcuteries et les pâtisseries.

Implantée sur tout le territoire français et disposant de quelques milliers de points de vente, l’entreprise Monoprix, reste le commerce de proximité préféré des français et celui qui offre le plus intéressant des prix, selon une étude de consommation récemment effectuée.

Hal’shop au 15ème

Niché au cœur du quinzième arrondissement de Paris, ce commerce de proximité est le rendez-vous incontournable pour tous les musulmans habitant à Paris et recherchant des produits halal de qualité.

Offrant une large panoplie d’articles licites aux saveurs de l’orient et aux goûts de la méditerranée   Hal’shop propose à ses clients tout ce dont ils ont besoin : légumes frais, fruits succulents, conserves de toutes les couleurs….

Paris Halal

A quelques mètres du Centre Commercial Belle Épine, Paris Halal vous ouvre ses portes pour vous offrir une sélection de produits halal de grande qualité et au meilleur prix.

Dans cet espace de 800m², Paris Halal vous réserve tout ce dont vous avez besoin pour remplir votre panier du ramadan et accueillir ce mois béni comme il se doit : légumes, fruits, viandes, poissons, conserves…

L’épicerie Sabbah à Belleville 

Trouvez une multitude de produits du monde entier et des articles aux saveurs de l’orient et de la méditerranée dans épicerie halal nichée au 71 Boulevard de Belleville et faites-le plein de votre caddie à un petit prix.

Dans ce magasin aux couleurs de l’orient, vous trouvez sans doute, les produits qui composeront les plus délicieuses recettes et qui agrémentent les tables d’Iftar pendant le mois de ramadan.

 

 

 

 

 

Les accidents routiers : entre hospitalisation et indemnisation comment faire ?

Nulle n’est à l’abri des accidents de la route, avec 6 312 blessés enregistrés en 2016 sur la route de la France, comment faire face aux problèmes financiers de l’hospitalisation ? Et comment faire pour l’indemnisation ?
L’année 2016 a été marquée par une hausse de la mortalité routière avec 3 469 décès provoqués par des accidents de la route. Selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, le nombre de blessés a atteint en septembre dernier 6 312 dont 2 471 sont hospitalisés. Malgré les efforts déployés par l’association de prévention routière, le nombre de mortalité ne cesse d’augmenter.

Hospitalisation:

Suite à un accident de la circulation, tous les frais médicaux, d’hospitalisation, et de rééducation sont normalement, pris en charge par l’assurance santé ou par la garantie hospitalisation de votre assurance. Toutefois, on peut voir une différence entre les compagnies d’assurances. Donc l’assurance hospitalisation protège l’assuré en cas d’hospitalisation suite à un accident de circulation par versement d’une indemnité journalière, dès les premiers 48 h d’hospitalisation. Ce montant varie de 10€ -400€ selon les formules et les compagnies de prévoyance. Chez Filiassur assurance par exemple, les indemnités sont de 200 € par jour. Et bien sûr, ces indemnités sont cumulables avec les prestations de la sécurité sociale et avec celle de la mutuelle santé. Ces indemnités versées par Filiassur, peuvent aussi, couvrir des frais de services tels que payer une garde d’enfants pour s’occuper des vôtres pendant votre absence.

Indemnisation

Si on est victime (cycliste, piéton ou passager) de dommage corporel (physique ou psychique) à la suite d’un accident routier, on doit pouvoir être indemnisée. En effet selon la loi Badinter, du 5 juillet 1985, qui porte sur le droit à l’indemnisation pour toute victime de la circulation dans lequel est impliqué un véhicule à moteur. Il faut tout d’abord déclarer l’accident à l’assurance dans les 5 jours, en présentant un certificat médical ou un certificat d’hospitalisation, ainsi qu’un exemplaire du constat complété. En revanche, l’indemnisation du conducteur dépendra de sa culpabilité dans l’accident et des garanties souscrites.
Toutefois, tous accidents causés par les trains ou tramways circulant sur voie ferrée ne sont pas considérés autant qu’accidents routiers.
Selon l’observatoire national interministériel de la sécurité routière, le premier trimestre de cette année, on a enregistré une baisse de décès de 3.7 %, soit 28 personnes en moins que l’année dernière.
Cependant, le mois de mars 2017 a montré une hausse de 4.3 % décès.

Le métier de d’avocat

 

  Comment devenir un bon avocat :

Le métier d’avocat est très exigeant, le défenseur doit faire preuve à de nombreuses qualités.

Son rôle est de défendre ses clients et les représenter devant la justice.

Un bon avocat doit être bien organisé dans son travail et capable d’assimiler une quantité importante d’information vu que la Loi est vaste.

L’avocat doit respecter le secret professionnel, il doit être digne de confiance.

Déjà, lors du serment, il doit promettre de faire preuve à la “dignité, conscience, indépendance et humanité”.

Parmi les qualités essentielles d’un bon avocat “ la vivacité et la réactivité”, il doit convaincre son auditoire en utilisant la logique et une bonne argumentation.

 

     Formation nécessaire :

Pour devenir un avocat, il faut passer par une formation en droit à l’Université.

Cette formation dure quinze mois : cinq mois de formation, ensuite cinq mois sur un projet pédagogique et enfin cinq mois dans un cabinet d’avocats.

Les avocats aujourd’hui sont très demandés.

Pour réussir dans son domaine, Didier Linotte le président du tribunal suprême de Monaco, a écrit toute une liste de principes éthiques.

Cette liste contient 8 règles fondamentales :

●      Il ne faut jamais accepter des causes injustes

●      Il ne faut pas défendre une cause par des moyens illicites

●     L’avocat est tenu à la restitution, donc il ne doit pas accabler le client de dépenses superflues

●     L’avocat doit être honnête et défend la cause de son client avec soin

●     L’avocat doit bien étudier les pièces d’un procès

●     Pour réussir dans sa défense, l’avocat doit implorer le secours

●     Il doit garder la justice et la probité comme la prunelle de ses yeux

●     Surtout, il doit être véridique, sincère, respectueux et raisonnable.

La science, la diligence, la vérité, la fidélité et la justice sont des qualités requises chez un défenseur.

 

Un bon avocat est capable de s’adapter à ses clients d’une manière personnalisée, il doit faire preuve d’efficacité et de diplomatie.

 

     Les méthodes pour devenir un défenseur à succès :

Il y a des différentes méthodes pour devenir un défenseur à succès.

D’abord, il faut bien connaître les Lois : un professionnel doit toujours être au courant de chaque évolution et changement qui se produisent dans son secteur d’activité.

Faire des recherches : Pour traiter un cas, il faut prendre tout son temps pour faire des recherches et surtout pour trouver des solutions.

Apprendre les techniques de base : Pour être un avocat réussi, il faut examiner chaque cas sous tous les angles, pour trouver la solution la plus adaptée et définir les faits de manière claire.

Assister à des séminaires pour s’entraîner et simuler différentes situations.

Adhérer à une association d’avocats pour échanger les informations et les idées.

Faire preuve de courtoisie : faire toujours preuve d’un grand respect.

Prêter de l’attention à vos clients : il faut se mettre à la place de vos clients, être compréhensif face à leurs problèmes.

Être honnête : Il faut être direct et honnête avec vos clients, mais surtout digne de confiance…

 Le président, a été nommé le meilleur avocat à Monaco l’année dernière, c’est un homme compétent, il est un professeur agrégé de droit public et au même temps avocat aux barreaux de Grasse et de Paris.