L’importance du management stratégique pour les entreprises !

 

  Manager la performance : comment créer de la valeur ?

 

L’esprit d’entreprise publique se caractérise par les idées suivantes : la satisfaction de l’intérêt général ne peut être réalisée que par une entreprise publique, la mission de service public est prioritaire, les missions de l’entreprise sont définies par le gouvernement en accord avec les intérêts de la nation.

Dans d’autres cas, un gouvernement peut chercher à promouvoir délibérément l’esprit d’entreprise.

 

  Peut-on parler d’esprit d’entreprise publique ?

L’esprit d’entreprise est en effet avant toute chose… un esprit, c’est-à-dire une mentalité !

Avant de pouvoir détecter les entrepreneurs potentiels d’un pays et prendre ainsi la mesure de l’un des facteurs clés de son essor économique, il faut en conséquence scruter attentivement ce que pensent, croient et préfèrent fondamentalement ses nationaux ; il faut en d’autres termes s’intéresser à leurs systèmes de valeurs, car ils déterminent une large part de ce que font et ne font pas les individus dans toute entreprise ou organisation.

 

En ce point surgit l’importance question de savoir si l’esprit d’entreprise est ou non-universel, c’est-à-dire s’il faut le rechercher par référence à des critères supranationaux ou bien si, au contraire, il est contingent, au sens de nécessairement variable avec les mentalités, elles-mêmes très différentes selon les pays.

 

  Deux observations viennent en réponse à cette question :

 

La première est que l’on ne peut parler d’esprit d’entreprise en se dispensant d’y inclure des capacités d’initiative, de création et d’organisation s’incarnant notamment dans des attitudes tournées vers le futur. Cette règle s’impose partout sur la planète !

 

Le deuxième élément de réponse consiste à faire observer d’abord que l’ensemble des entreprises d’un pays ne peut exister sans employer une majorité de nationaux. Ces derniers ont leur propre système de valeurs !

 

Dès lors, si l’esprit d’entreprise est requis de tous les membres de la société et pas seulement de ses propriétaires ou dirigeants, c’est le noyau dur de ces mentalités qui va constituer la base incontournable du développement de l’esprit d’entreprise dans un pays donné.

Il faut “faire avec” ce noyau dur et, en ce sens, l’esprit d’entreprise est effectivement contingent, variable d’un pays à l’autre.

Parmi les nationaux d’un pays, les cadres et les étudiants sont habituellement considérés en raison de leur formation ou de leur expérience comme l’une des sources importantes d’alimentation du vivier des entrepreneurs potentiels.

 

 Développement économique des entreprises :

 

Les initiatives des acteurs économiques se sont révélées plus perspicaces qu’on ne l’attendait, l’autorité publique s’est convertie à une conception nouvelle de son rôle.

Mais un facteur décisif susceptible de transformer ces éléments en lame de fond apparaît avec la restructuration des fondements technico-économiques de la société moderne.

 

  Les entreprises sont-elles plus matures vis-à-vis des offres télécoms ?

L’âge industriel s’appuyait sur les productions en série et la production en continu.

Des temps nouveaux s’ouvrent avec l’électronique, l’informatique…

Si nous obtenons une mondialisation de certaines production contrôlées par quelques grandes firmes (puces électroniques, fibres optiques…), les nouvelles technologies offrent simultanément de sérieux atouts pour le développement de l’entreprenariat.

 

Au jour d’aujourd’hui, toutes les entreprises sont conscientes de l’importance des télécoms pour leurs activités.

Paritel est parmi les opérateurs majeurs du marché. C’est un fournisseur fiable réparti sur toute la France !

“Le premier mot qui me revient à l’esprit est l’accompagnement” Jean-Philippe Bosnet, fondateur de Paritel (opérateur télécom pro).

 

La descente aux enfers continue

 

Après sa mise en examen pour acte immoral, et incarcéré pour une période indéterminée depuis le 2 février, les ennuis judiciaires s’accumulent autour de l’islamologue suisse, Tariq Ramadan.
Une manifestation qui tourne à l’échec, des proches qui s’abstiennent de riposter, deux nouvelles plaintes et un changement d’avocats, les semaines écoulées auront été cauchemardesques pour le professeur genevois.
Depuis début mars, rien ne s’était déroulé comme prévu pour la défense du théologien âgé de 55 ans.
Une manifestation qui s’était organisée à Paris, au Trocadéro ; La mobilisation a été très modeste, à peine une soixantaine de personnes, selon le quotidien ‘‘ Le Figaro ’’.

Une défense qui opte pour le silence


Du côté de la campagne officielle de soutien, FreeTariqRamadan, lancée entre autres par le cofondateur de l’Union des Jeunes Musulmans, Yamin Makri, le bilan ne s’annonce pas mieux.
Au tout début de l’enquête, les soutiens ont su faire entendre leur voix et leurs arguments, récoltés des fonds de plus de 100 000 euros pour couvrir les frais d’avocats de l’islamologue et faire face à la bataille médiatique. Ces derniers jours on a plus vraiment de nouvelles annoncées par la défense.
Selon divers médias français, ce même comité, n’était pas sur la même longueur d’onde avec l’équipe d’avocats du Suisse. Yassine Bouzrou et Julie Granier, qui aujourd’hui ne sont plus sur cette affaire ont été remplacé par Me Emmanuel Marsigny, censé être plus rigoureux et médiatique.
Le pire est manifestement venu avec l’arrivée de deux nouvelles plaintes pour acte immoral.
Outre les inculpations elles-mêmes, la nature de ces révélations va sans doute mettre à mal la défense du professeur. L’une car elle est fortement documentée et l’autre parce qu’elle aurait été déposée depuis les États-Unis. Consternant pour le comité de soutien qui estime l’islamologue victime d’un ‘‘ Deux poids deux mesures ’’, car il serait en France perçu comme le musulman à ‘‘ finir ’’.
Le théologien reste évidemment présumé innocent, mais sortira certainement affaiblit de ces évènements.

Retour sur les deux dernières plaintes


Le 19 février 2018, la dernière plainte aurait été déposée plainte par téléphone, révélant des faits qui se seraient passés en août 2013. Selon des informations communiquées par le quotidien ‘‘ La Libération ’’, il s’agirait d’une Américaine musulmane habitant le Koweït.
Le 19 février 2018, cette dernière aurait déposé plainte par téléphone, évoquant des faits qui se seraient passés en août 2013. Selon la même source, à cette époque, le théologien se trouvait à Washington pour assister à la 50e édition du Congrès effectué par la Société Islamique d’Amérique du Nord.
En tant qu’ ‘‘ instructrice culturelle ’’ au sein du département américain de la défense, la jeune Américaine enseignait aux militaires, l’histoire de l’islam et la culture du Moyen-Orient.
Elle aurait contacté Tariq Ramadan, docteur en théologie, en mars 2012 pour parfaire ses connaissances qu’elle estimait lacunaires.
Ayant été brefs, les échanges auraient repris en l’été 2013, suite au déplacement de l’islamologue à la capitale américaine. Après lui avoir suggéré une invitation au déjeuner, qu’il a fini par décliner, la jeune femme se serait présentée de son plein gré à sa chambre d’hôtel.

Dans le cas de cette plainte, celle-ci ne débouchera pas forcément sur une mise en examen. Seul l’inspecteur américain chargé de cette affaire, estimera si oui ou non les documents présentés seront suffisants pour faire parvenir le dossier au procureur fédéral.

  Comment se fixer des objectifs pour sa stratégie marketing ?

 

Il y a plus de trente ans, Wickham Skinner (professeur en administration des affaires) suggérait déjà, en 1969, que les opérations (la production) pouvaient être une arme concurrentielle ou un fardeau.

Il concluait que, trop souvent, les stratégies opérationnelles abordant la question des stocks, des plannings et de la capacité reflétaient des a priori erronés sur la stratégie organisationnelle et qu’elles allaient à l’encontre des objectifs stratégiques de l’entreprise.

Cette erreur d’appréciation peut amener à une consommation inadaptée des ressources d’une entreprise pendant des années.

 

C’est essentiellement à cause de la concurrence étrangère et de l’explosion des nouvelles technologies que, désormais, pour être compétitives, les entreprises ne peuvent plus se contenter de proposer de nouveaux produits (ou services) et de disposer d’un marketing inventif et d’un service financier de pointe.

On admet qu’elles sont concurrentielles, grâce à leurs compétences opérationnelles uniques.

L’organisation capable d’offrir des produits ou des services de qualité supérieure à des prix moindres est un compétiteur formidable (Paritel est un bon exemple).

Paritel, opérateur de proximité, a pour objectif d’offrir un accompagnement sur-mesure à chacun de ses clients.

 

    Règles de base pour conquérir votre marché

 

Toutes les entreprises doivent gérer leurs processus et les opérations qui les composent.

Les processus sont les activités fondamentales permettant de produire des biens ou des services et d’atteindre des objectifs.

Parmi les entrants, on peut citer les ressources humaines (employés et encadrement), le capital (équipements et locaux), les achats de matières et de services, ainsi que le terrain et l’énergie. Les sortants sont des biens ou des services.

Un processus se compose de plusieurs sous-processus qui, à leur tour, peuvent se subdiviser. C’est ce que l’on nomme des processus imbriqués.

 

Le concept de processus ne s’applique pas uniquement à l’ensemble de l’organisation, mais également à chaque service et à chaque individu. Toutes ces entités conduisent des processus et servent des clients (internes ou externes).

La direction de l’entreprise est confrontée à différents types de décisions : stratégiques ; relatives aux processus (gestion des processus, conduite de projet, gestion des technologies…) ; concernant la qualité (gestion de la qualité totale, contrôle statistique des processus), la capacité, la localisation et l’implantation ; opérationnelles (gestion de la chaîne logistique, prévision, gestion des stocks, planification des moyens, flux tendus, etc.).

 

Les décisions sont interdépendantes. Ainsi, une décision concernant la qualité a une incidence, entre autres, sur les processus, la capacité et le stock.

Il est donc risqué de prendre des décisions isolées. La stratégie (planification à long terme) et l’analyse tactique (prise de décision à court terme) doivent se compléter.

Le gestionnaire avisé exploite plusieurs systèmes de mesure de la performance pour surveiller les opérations et améliorer les résultats.

 

   Management des opérations

Le management des opérations doit tenir compte de plusieurs tendances : le niveau d’emploi en accroissement dans le tertiaire, la productivité stagnante (notamment dans les services) et l’intensification de la concurrence globale.

La recherche d’une qualité meilleure, la concurrence sur les délais, et la rapidité des évolutions technologiques sont d’autres facteurs à ne pas négliger. De plus, l’opinion est sensible à des questions ayant trait à l’environnement, à l’éthique et à la diversité des différents acteurs.

Bien choisir son cadre photo numérique

 

À mesure qu’il se développe, le marché du cadre numérique se segmente. Les grandes marques proposent des produits variés pour des besoins aussi différents qu’exigeants. Reste à vérifier si ces promesses sont tenues.
Tout cadre photo numérique, passe par une même procédure de tests.
En premier lieu, il y a évidemment l’approche ergonomique et design du produit. Après, il faut vérifier un bon nombre d’éléments, s’il est innovant, s’il est agréable à l’œil ou encore si son pied est stable… Est-il possible de l’accrocher au mur ou si la visibilité des photos est possible sous tous les angles.
En second lieu, vient le test relatif aux caractéristiques de la fiche produit ; respect du temps d’affichage en mode diaporama, temps de mise sous tension, mesure de l’autonomie, la navigation dans les menus est elle intuitive ?, etc.
Il faut également s’assurer des transferts de photos, s’ils se font aisément ou pas, aussi bien depuis l’ordinateur que via les cartes mémoire.
En dernier lieu, il faudrait vérifier le rendu photo ; luminosité, contraste, rendu des couleurs, bruit, ainsi que la consommation en terme d’énergie du cadre.


Un marché qui s’organise

Le marché des cadres photos numériques s’est vu décoller en l’année 2007. Depuis, la concurrence se fait plus rude et les constructeurs ne cessent d’innover à travers des fonctionnalités qui tentent de révolutionner ce lecteur photo domestique et multimédia.
Au fil des années, le marché voit passer une multitude de nouveauté. En effet, les grandes marques de la photo et de l’électronique grand public, croient visiblement en cet accessoire, puisqu’elles ne cessent de développer leurs gammes.
Fonctionnalités diverses, écran plus grand, qu’attendons nous réellement d’un cadre photo ? Doit-il simplement faire office de lecteur photos ou devrait, il faire davantage ?
Manifestement, certaines marques (Nixplay, Samsung) ont bien compris qu’il s’agissait de deux écoules, puisque désormais, les usages des cadres photo numériques se diversifient.
On retrouve ainsi, d’un coté, les cadres dits ‘‘ classiques ’’, ayant pour unique fonction, l’affichage de photos, et d’un autre, on retrouve les cadres multifonctions qui tendent à devenir de petits outils multimédia. À ce stade, convergent plusieurs fonctionnalités (lecture de vidéos, photos, option Wi-Fi, MP3, ou la possibilité de le connecter à un ordinateur en guise d’écran déporté), qui dégagent des résultats assez convaincants.

Le cadre parfait ?

À mesure que les fonctionnalités se multiplient, les risques de tomber sur un cadre médiocre croient aussi. Cela s’explique par la présence de plusieurs options, qui rendent difficile une bonne gestion des paramètres. Les cadres qui combinent photo/vidéo, ne sont pas dépourvus de défaut (gestion des fichiers aléatoire, mauvaise qualité sonore…). À cet effet, il vaut mieux pour le moment opter pour un cadre photo, avec un bon rendu visuel de l’image, plutôt que d’opter pour un multifonctions qui fait tout sans pour autant exceller dans quelque chose de précis.



Notre choix du meilleur cadre photo numérique s’est porté sur… Le NixPlay Seed

Pendre des photos, c’est bien, mais les visionner à n’importe quel moment et en bonne qualité ou les partager avec nos proches, c’est mieux. C’est ce que nous assure le Nixplay Seed 10 pouces.
Testé et approuvé par les experts du site multimédia « On a testé pour vous », le Seed ne vous laissera pas indifférent.
Une expérience ultime de visionnage, grâce à un écran de 9,7 pouces à forte résolution de 1024×768 et à un détecteur de mouvement, pour ne plus vous soucier d’allumer ou d’éteindre le cadre.
Le cadre idéal pour donner le dessiner le sourire sur le visage de vos êtres les plus chers, capturez les instants et afficher les directement à travers l’application NixPlay pour Android ou iPhone, ou mieux encore vous pouvez les renvoyer sur le cadre NixPlay Seed.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à consulter le lien direct du site « On a testé pour vous.fr ». Vous retrouverez les meilleurs guides d’achats et comparatifs des produits High-Tech les plus tendances du moment.

Informatique quantique

 

La physique nous apprend que la matière se comporte différemment dans l’infiniment petit. Apparue depuis les années 80, la notion d’informatique quantique est apparue à la tête des recherches du physicien américain David Wineland trôné du prix Nobel de physique.
À la différence des ordinateurs classiques, qui eux, reposent sur un système binaire (les bits) basé sur le 1 ou le 0 (le vrai et le faux, le oui et le nom) le principe de l’ordinateur quantique, fonctionne quant à lui selon un système de Qubit où on parle des bits quantiques, c’est là où réside la complexité de ce concept, le 1 ET le 0 existent tous les deux simultanément. C’est ce qu’on définit par la « superposition quantique ».

Pour mieux comprendre ce concept de superposition, on prend l’exemple d’une pièce de monnaie posée sur sa tranche et que l’on fait tourner en équilibre. Elle peut tomber sur le côté pile ou face. Elle est désormais tombée même si on ne la regarde pas sont état est déjà fixé.

Par contre, si la nature de la pièce était quantique, le modèle précédent ne sera pas validé, car tant qu’on n’a pas ouvert les yeux et vérifié le coté sur lequel la pièce était tombé, son état reste littéralement indéfini. C’est ce qu’on désigne par état superposé.
Les qubits ont le pouvoir de représenter une multitude de valeurs qui font accroître à rythme exponentiel les performances de calcul d’un ordinateur.
La puissance d’un qubit part de 2 jusqu’à N (N représente le nombre de qubits présent dans un processeur), ainsi avec un processeur à 6 bits par exemple, une machine binaire pourrait créer 64 formules différentes. L’informatique quantique permet ainsi de dépasser les frontières de la loi de Moore, celle qui stipule que les semi-conducteurs d’entrée double chaque année à échelle constante.

Sur le même thème : blague ou prophétie ? Dans dix ans, l’intelligence artificielle aura supplanté le cerveau humain. Retrouvez cet article dans le lien direct du site « on a testé pour vous ».


Concrètement, comment fonctionne un qubit ?

Reposant sur différents phénomènes de la physique nucléaire, on peut rapprocher le fonctionnement des qubits à celui des atomes artificiels d’où leur appellation dite quantique.
Un qubit peut être créé en se basant par exemple sur le calcul du niveau d’énergie d’un atome.

Les techniques sont plusieurs pour créer des qubits. En s’appuyant sur des méthodes déjà connues de la nanoélectronique, et grâce à des supra-conducteurs, les qubits peuvent être rajoutés à des circuits électroniques munis de semi-conducteurs.
Cependant, un détail technique fort important devrait être pris en considération. Celui-ci consiste dans le fait que pendant tout le temps de calcul, le système en entier devrait être entièrement écarté de toutes sources thermiques ou magnétiques, les chercheurs désigne ce temps d’isolation comme un temps de ‘‘décohérence’’ . En raison de la physique nucléaire qui le met en marche, le qubit sera ultra-sensible à toutes interférences avec les champs électromagnétiques.
Outre la création d’un qubit, il faudra procéder à la mise en place des détecteurs capables de m’évaluer l’information portée par ce dernier. N’étant pas chose facile, cela nécessite la maîtrise des différents paramètres du flux magnétique à savoir l’intensité et la distribution spatiale.

Pour résumer, un qubit constitue un support infiniment petit, qui transporte des informations grâce à des semi-conducteurs dans le cas d’une clé USB par exemple, qui représentent eux-mêmes les fameux transistors faisant référence à la loi de Moore.

Devrait-on craindre l’informatique quantique ?

L’éventuelle première utilisation qu’on envisage pour un PC quantique, serait la cryptographie. Actuellement, pour déchiffrer n’importe quel message ça nécessite du temps, grâce à l’outil quantique ca ne prendra que quelques secondes, et c’est là où réside le principal danger.
Des documents diffusés, avancent que la NSA encourage l’investissement au profit de l’informatique quantique dédié à « infiltrer les cibles difficiles ».

Le grand spécialiste belge de la cryptographie, Jean-Jacques Quisquater, affirme que l’ordinateur quantique ne sera pas pour demain, (si tant est qu’il puisse exister un jour).

Si cet article vous a plu ou si l’actualité technologique vous intéresse, la rédaction du site « on a testé pour vous » est là pour vous partager les nouveautés les plus fraiches du monde de l’high-tech. Vous y trouverez également plusieurs guides d’achats comme celui des meilleurs chromebooks.

         La télévision française

 

 

 

  Histoire de la télévision française :

Elle résume par grandes étapes l’évolution sociale, économique et scientifique de ce dispositif technique (permettant la communication) en France, devenu un média de masse, qui influence une large audience.

Le média :

Le mot “média” peut désigner soit les moyens de diffusion par un dispositif technique, tels, le cinéma, la presse, la télévision, l’internet, ou encore, la radio, soit, les moyens de diffusion direct, comme, l’affiche, l’internet, ou le langage.

Le média permet la communication (des interactions avec autrui, transmettant une quelconque information) soit de façon multilatérale, autrement-dit, par un échange d’informations, soit de façon unilatérale.

 

  Les principaux médias :

+ Les nouvelles technologies de la communication et de l’information, comme système hypertexte (des unités d’information liées par des hyperliens) public de contenus numériques (prendre en compte sous forme électronique les informations non structurées), fonctionnant sur internet.

L’internet : est un réseau informatique mondial accessible à tout le monde (au public).

+ La radio où le journaliste utilise l’écriture radio.

+ La presse écrite (les publications périodiques, les journaux quotidiens) où les professionnels appliquent des techniques d’écriture (inspirées des cours de journalisme et de communication) journalistiques.

+ L’affichage où les professionnels appliquent des techniques d’écriture (vendre, éduquer, partager, convaincre, vendre…) publicitaires.

+ Les médias de proximité ou les médias tactiques, qui désignent les moyens de communication alternatifs, tels les supports publicitaires, l’affichage indoor,…

+ Le cinéma qui utilise notamment, des bandes sons, les jeux de lumière, ou même le cadrage pour mieux faire passer un message.

+ Les jeux vidéo : Wii U, Xbox One, PS4…

+ La bande dessinée qui utilise une juxtaposition de dessins, accompagnées de textes.

 

Les médias sont qualifiés de 4e pouvoir, par allusion aux 3 pouvoirs constitutionnels (judiciaire, exécutif et législatif), dans l’influence et dans le processus de la formation de l’opinion publique.

  Producteur de télévision :

C’est la personne qui contrôle et coordonne tous les aspects de la production d’un film, d’un téléfilm, ou d’une émission de télévision.

Cela va aux choix du réalisateur, des acteurs, des auteurs, et du développement de l’idée.

Le producteur doit piloter la conception du projet, établir et faire respecter l’agenda de la fabrication, concevoir le montage financier, et en étudier la faisabilité.

On donne l’exemple de Thierry Ardisson, producteur de cinéma et de télé, et mari de la fameuse présentatrice française Audrey Crespo-Mara.

Ce dernier a investi le petit écran avec des émissions, telles que Lunettes noires pour nuits blanches, puis Bains de minuit.

La femme de ce producteur français, Audrey Crespo-Mara, a plus de 20 ans de carrière, elle détient le record de longévité de la télévision.

Elle est diplômée du centre de formation des journalistes de Paris, et également, de Sciences Po Toulouse.

En 2012, Thierry Ardisson produit “Max” son premier-long métrage, réalisé par Joey Starr, et distribué par Stéphane Murat.

   Dépistage génétique du risque de cancer

 

Les informations sur l’origine ethnique peuvent permettre de détecter les personnes qui présentent un risque accru de porter certaines mutations génétiques prédisposant au cancer.

Filiassur assurances a compilé pour ses assurés une série d’articles sur le thème de la santé.

Le médecin doit vérifier l’ascendance et l’origine ethnique afin de repérer les individus susceptibles d’être atteint d’une affection sous-jacente pouvant nuire à l’innocuité et à l’efficacité de certains médicaments ou traitements.

Par exemple, le déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD) est une anomalie enzymatique commune qui touche des millions de personnes un peu partout dans le monde, en particulier celles qui viennent des pays méditerranéens, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique, du Moyen-Orient et du proche-Orient.

Le déficit en G6PD est attribuable à une mutation génétique touchant le chromosome X.

Les individus dont la déficience est grave souffrent d’anémie hémolytique chronique, tandis que chez ceux dont la déficience l’est moins, la maladie se manifeste seulement s’ils ont une infection, s’ils sont exposés à des médicaments producteurs de peroxyde ou aux boules de naphtaline, ou encore lorsqu’ils ingèrent des gourganes.

L’évaluation de l’ascendance et de l’origine ethnique est aussi importante en ce qui concerne le métabolisme des médicaments.

La capacité de métaboliser et d’éliminer certains médicaments est tributaire de l’acétylation effectuée dans le foie par l’enzyme N-acétyltransférase.

Il existe beaucoup de versions différentes (polymorphismes) du gène de l’enzyme N-acétyltransférase, et la distribution de ces polymorphismes varie selon les groupes ethniques.

Il s’agit là, d’une considération importante, par exemple, lorsque l’isoniazide (INH) est prescrit pour traiter la tuberculose.

Chez les métaboliseurs rapides ou ultra rapides, le risque de développer une hépatite causée par l’isoniazide est beaucoup plus élevé ; ce risque s’applique particulièrement aux personnes d’origine chinoise ou japonaise.

   Évaluation physique :

L’évaluation physique fournit parfois des indices révélant la présence d’une affection génétique particulière chez un individu ou une famille.

Pour orienter son évaluation physique, le médecin peut utiliser les antécédents familiaux comme point de départ.

Par exemple, des antécédents d’hypercholestérolémie familiale lui indiqueraient qu’il doit rechercher chez les membres de la famille des symptômes d’hyperlipidémie (xanthomes, arc cornéen, douleur abdominale d’origine inexpliquée).

Ou encore, des antécédents de neurofibromatose de type 1, une affection héréditaire associée à des tumeurs du système nerveux central, l’inciteraient à effectuer une évaluation détaillée des proches parents de la personne.

Des observations comme des taches café au lait, des taches de rousseur sur les aisselles ou des tumeurs cutanées (neurofibromes) justifieraient la recommandation d’examens plus approfondis, dont une évaluation et un conseil génétiques.

Lorsque, à la suite de l’évaluation des antécédents familiaux ou d’un examen physique, le médecin soupçonne la présence d’une affection génétique, il peut en collaboration avec l’équipe soignante, prendre l’initiative d’une discussion et d’une évaluation plus approfondies.

Il peut donner de l’information sur la génétique, discuter des possibilités de dépistage, expliquer en quoi cela consiste, et recommander la consultation d’un généticien.

Filiassur assurance lutte contre le cancer (sein, poumon, la prostate, col de l’utérus, des ovaires, …) en vous informant sur le dépistage et également, en vous encourageant à mieux-vivre.

               La pneumonie

 

Cheminement clinique : les écarts entre les résultats

De nombreux hôpitaux ont créé un logiciel servant à enregistrer électroniquement les écarts.

Les gestionnaires de cas consignent les écarts et les analysent pour déceler les tendances dans les soins et les résultats.

Considérons, par exemple, un cheminement clinique de pneumonie qui exige l’administration de la première dose d’antibiotiques dans les trois heures qui suivent l’arrivée de la personne à l’hôpital (les délais dans l’administration de la première dose d’un antibiotique sont associés à une augmentation de la morbidité et de la mortalité).

Le gestionnaire de cas examine le dossier des écarts et constate que seulement 40 % des personnes présentant une pneumonie ont reçu un antibiotique dans le délai prescrit.

L’analyse du problème révèle que les retards sont attribuables au temps qu’il faut pour transmettre la demande de médicament à la pharmacie et ensuite pour administrer le médicament.

En discutant du problème, l’équipe de “Filiassur assurances”, affectée au cheminement clinique de la pneumonie décide que la première dose de médicament doit être administrée au service des urgences, puisque c’est à cet endroit que les antibiotiques peuvent être administrés le plus rapidement.

Cette équipe modifie donc le cheminement clinique en conséquence.

Lors de la révision suivante, le gestionnaire de cas constate que 92 % des personnes atteintes de pneumonie ont reçu leur antibiotique dans l’heure ou les deux heures qui ont suivi leur arrivée.

Cet exemple montre bien que le cheminement clinique et l’analyse des données d’écart permettent d’évaluer un problème, d’élaborer un plan d’intervention, de mettre celui-ci en œuvre et d’en évaluer leur efficacité.

  Rôle de l’assurance dans le processus :

Filiassur assurance joue un rôle clé dans tous les aspects de l’utilisation du cheminement clinique.

Sa participation à l’élaboration du document constitue la première étape. Puisqu’elle se trouve au point de départ et au point d’arrivée de l’administration des soins.

Cette compagnie a un regard particulier sur la manière dont fonctionne le système de santé ; elle peut de ce fait influer sur l’amélioration des soins.

 

  Le rôle des infirmières :

Dans l’exemple précédent, qui portait sur l’administration d’un antibiotique, les infirmières étaient en mesure de déceler rapidement le problème et de proposer des solutions.

Les infirmières doivent par ailleurs veiller à ce que le cheminement clinique s’applique à bon escient, autrement-dit, aux personnes appropriées, et que les diverses interventions se déroulent comme prévu.

Dans certains milieux de soins ou pour certaines affections, ce sont les gestionnaires de cas (infirmières ou autres membres de l’équipe interdisciplinaire) qui suivent de près les personnes mentionnées dans le cheminement clinique.

Dans d’autres milieux, ce sont les infirmières soignantes et les infirmières de soins à domicile qui endossent ce rôle.

Quel que soit l’environnement, c’est à l’infirmière qu’il revient d’aider la personne à atteindre ses objectifs et d’observer les progrès réalisés.

L’infirmière s’entretient du cheminement clinique avec la personne et met l’accent sur les résultats escomptés.

Comment exceller dans le domaine journalistique?

L’interview journalistique est une forme médiatique par excellence. Le travail d’un intervieweur  consiste à rechercher les informations les plus fiables et à la raconter à sa manière aux récepteurs quel que soit le type du média.

En effet, la meilleure façon d’accéder à l’info, est se rendre sur le terrain ou d’organiser des interviews en direct avec les personnes concernées.

Nous nous sommes adressées à une de ces intervieweuses brillantes en France et journaliste professionnelle, Audrey-Crespo Mara pour nous parler un peu des secrets de sa réussite dans ce domaine aussi complexe.

L’avis d’une experte en journalisme

Reconnue pour sa passion, son côté humain, sa joie de vivre et son enthousiasme, l’épouse de l’animateur Thierry Ardisson, et la journaliste phare de TF1 ( celle qui a enregistré les plus hautes audiences cet été),  Audrey-Crespo Mara, nous a répondu:  » Je ne peux qu’encourager ceux qui s’intéressent par ce domaine très intéressant et fascinant. En effet, ça ne va pas être facile au début parce que vous aller vous positionner parmi des journalistes qui ont consacré leurs vies entières à leur métier mais plus vous êtes professionnel et vous appliquez mieux les consignes de la rédaction, plus vous réussirez. Le meilleur conseil que je pourrai vous donner, c’est de faire le journalisme avec passion. » A ainsi intervenu le Joker des JT week-end chez la chaîne TF1.

L’interview c’est du terrain et c’est une forme de journalisme qui permet d’avoir des informations précises sur un sujet bien déterminé ainsi qu’un accès au vécu.

Une bonne interview, est celle qui nous permet d’acquérir énormément d’informations et des réponses précises aux questions des récepteurs.

Les meilleurs conseils qui vous garantissent la réussite d’une interview:

•    La préparation des questions en avance

•    Une étude approfondie sur le sujet et la personne que vous allez intervenir

•    Un sourire qui se dessine sur les lèvres tout au long de l’interview

•    Un sang froid qui aide à vous stabiliser et à diriger l’interview

•    Élimination du blanc et enchaînement des questions

Il ne faut pas également négliger le côté physique et vestimentaire, un bon interviewer doit très sélectionner sa tenue, sa posture, ses grimaces…

Ne laissez jamais un invité diriger votre interview, faites de votre mieux pour vider les blancs et pour prendre le dessus de tous les sujets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nouvelles technologies dans le domaine vinicole

Malgré que l’univers vini-viticole est assez traditionnel et poussiéreux, de nombreuses initiatives de la part des inventeurs amateurs de vin, prennent place afin d’amener le vin dans notre monde qui est de plus en plus dépendant aux nouvelles technologies et à la digitalisation.

Quelles sont ces nouvelles technologies dans le domaine vinicole ?

 

Servez un verre de vin sans ouvrir la bouteille

Ayant remporté le prix d’innovation dans le milieu du vin, le Coravin, est un genre de pistolet équipé d’aiguille qui perce le bouchon et permet de servir l’équivalent d’un seul verre sans pour autant ouvrir la bouteille. Ainsi, vous pouvez déguster votre bouteille sans pour autant être obligé de la boire toute entière. Vous pouvez ensuite la garder le temps que vous voulez.

L’objectif de ce Coravin, c’est surtout pour les amateurs de vins qui possèdent des bouteilles de grands crus et qu’ils souhaitent les déguster sans ouvrir les bouteilles entières. Mais encore pour varier les bouteilles de vin au cours d’un dîner sans être obligé de consommer toutes les bouteilles entière. C’est une petite révolution dans le monde vinicole qui a séduit un grand nombre de consommateurs notamment les français.

 

Un sommelier à domicile

Autre innovation également française, le Nespresso pour vin, crée par une société nantaise. Cette machine vous propose de servir des verres de vin en le servant avec l’aération et la température idéale pour chaque type de vin. Les doses de vin qui équivaut à un verre sont vendues dans des fioles munies au niveau de leur bouchon par une puce électronique qui transmettra à la machine le programme de l’aération et la température idéale pour chaque type de vin.

Grâce à la D-vine, c’est fini la multiplication de bouteille à table ou l’obligation pour tous les convives de boire la même bouteille. Ayant remporté le concours du meilleur Start up de l’année à Las Vegas, la société française prospère et emploi actuellement plus de 17 personnes.

Travaillant avec les meilleurs viticulteurs et négociants en vins français comme l’entreprise centenaire Raphaël Michel, D-vine n’est pas seulement un sommelier à domicile, mais encore, il met  à votre disposition les meilleures fioles de vin.

 

Gardez un œil sur votre cave à vin partir de votre smart phone

Une cave intelligente, pour conserver vos bouteilles de vin dans les meilleures des conditions, c’est la nouvelle invention Idosens Solo.

Cet objet connecté à votre smartphone se fixe directement sur la porte de votre cave. En cas d’ouverture de la porte, ou d’une tentative de vol, l’engin vous alerte par sms. Mais encore Idosens solo ne s’arrête pas là, il permet aussi de contrôler la température ambiante ainsi que le niveau d’humidité de la cave pour assurer une bonne conservation de votre collection de vin.
Utiliser par le grand négoce en vin, Raphaël Michel, le dirigeant explique « En plus de son côté pratique et son utilité, l’Idosens Solo se connecte de partout en complète autonomie. Fonctionnant avec la technologie LoRa, l’engin peut se connecter de partout, du sous-sol, dans une armoire, même dans votre maison de compagne. »